Accueil Non classé Qu’est devenu le mobilier de l’abbaye après la Révolution.

Qu’est devenu le mobilier de l’abbaye après la Révolution.

0
0
536

280px-Neufmesnil_-_Église               L’église de Neufmesnil.

 

Le mobilier restant de l’église abbatiale a trouvé place dans diverses églises de la région ; l’église de Doville possède de très belles reliques provenant de l’Abbaye . Les inscriptions et les noms des saints sont gravés sur les ossements mêmes. Le maître autel, le retable du XVII° siècle, le tabernacle ont dû être modifiés pour convenir à l’église de Couville. La chaire de l’église abbatiale de Blanchelande fut abandonnée dans l ‘ancienne église de Moncastre dans la commune de Lithaire, dans le but d’être utilisée lors de la construction de la nouvelle église qui était en projet. Ses proportions n’ayant pas permis de l’incorporer, elle trouva sa place en 1921 dans le réfectoire du grand séminaire de Coutances.   

Les statues du chœur de l’église de Treilly  proviendraient de Blanchelande. On voit dans cette église au chevet du chœur de part et d’autre du maître-autel deux statues en bois datant du XVIII° l’une représentant la vierge portant l’enfant Jésus en travers sur les deux bras, l’autre Saint Joseph tenant un panier contenant deux colombes . Les stalles du choeur ont été réparties en plusieurs endroits.  Neufmesnil en aurait deux à l’entrée du chœur, Denneville en compte six placées  à l’entrée du chœur .
La communauté de Saint Sauveur le Vicomte en avait reçu une partie et l’Abbaye de Lessay devait en abriter six: elles furent détruites durant la dernière guerre.  Le Christ en majesté datant du XIII° siècle ou XIV° siècle  et la dalle funéraire de l’infortuné Philippe  Troussey l’infortuné prélat assassiné lors des guerres de religion furent transportées au musée de Saint Lô où ils furent détruits en 1944 .  

 

N’oublions pas la dalle des trois abbés qui  vaut bien que l’on s’y arrête un peu car  elle a donné lieu à un récit légendaire. 

 Neufmesnil-eglise-Sainte-Anne-dalle-funeraire-de-trois-abbes-de-Blanchelande-pares-de-tous-leurs-ornements-liturgiques-vers-1507_-Photo-Pierre-Yves-Lemeur-

 

Elle provenait de l’abbaye de Blanchelande et lors de sa destruction vers 1845 alors que cette dernière était vendue à l’usage de carrière de pierre , les ossements des sépultures de l’abbaye furent transportés dans le chœur de l’église de  Neufmesnil en présence de monsieur Lampérière maire dudit lieu, de l’abbé Eve  desservant la commune, de monsieur Lebredonchel curé de Varenguebec et de pierre Faudemer, l’un des ouvriers requis pour ce travail.

Sous la Pierre des trois abbés, on devait retrouver le squelette de Nicolas Mulot, mort en 1483 , celui de Pierre Pitebout mort en 1485 mais qu’elle ne fut pas la surprise des témoins de découvrir les restes du troisième abbé : Pierre Lefèvre mort à l’autel alors qu’il célébrait le Saint office,le 10 Juillet 1507 dans un état de parfaite conservation depuis plus de 350 ans.  On inhuma les trois abbés et l’on dressa et fixa la dalle dans l’église où elle est toujours.  

La légende disait que cette pierre tombale lorsqu’elle recouvrait les trois abbés, alors qu’elle était encore à Blanchelande était toujours huileuse et les habitants croyaient au pouvoir miraculeux de cette huile.

Cette pierre est sèche depuis qu’elle ne recouvre plus le corps des abbés.

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par varenguebecterredhistoireetdelegendes
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La fille du seigneur et le lépreux.

Ce récit est le type même de la légende historique. Tous les personnages ont existé. C&rsq…