Accueil Non classé Blanchelande sous la pioche des démolisseurs

Blanchelande sous la pioche des démolisseurs

0
0
401

 

 l’Abbaye de Blanchelande commune de Neufmesnil sous la pioche des démolisseurs.

 

280px-Abbaye_de_Blanchelande-ruinesCharles de Gerville, archéologue visita par trois fois l’Abbaye .

En 1810, il adressait un rapport très détaillé et très pressant au Préfet de la Manche concernant l’état du monument .

En 1824 ,il relate que l’église abbatiale est exploitée comme carrière .Les pierres taillées et sculptées ont servi à batir des maisons ou même à encaisser des chemins.

Seuls les bâtiments qui pouvaient être d’ordre utilitaire ont trouvé grâce aux yeux des démolisseurs . Lorsque Thiers en 1834 confia au jeune Prosper Mérimée l’inspection générale des monuments historiques et des antiquités nationales, il était trop tard.

Un autre Erudit Anglais Gally Kninght en  1831 accuse le propriétaire de l’époque Monsieur Quenault d’avoir voulu faire cesser les visites d’amateurs d’antiquités trop fréquentes à son goût en faisant jeter par terre ce qui pouvait tenir encore debout.

Vers 1845, les ossements trouvés dans les sépultures de l’église abbatiales furent transportées dans le chœur de Neufmesnil.

Nous reparlerons d’une dalle commune à trois abbés transportée elle aussi dans ce village, ce qui donna naissance à une légende.

        

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par varenguebecterredhistoireetdelegendes
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sorcellerie et sabbat.

      Le sabbat du mont Etenclin.        Nous ne pourrions invoquer Varenguebec …